Nouvel atlas sur les Longicornes armoricains

Nouvel Atlas sur Les longicornes armoricains

par

Xavier Gouverneur & Philippe Guérard

longicornes-armoricains-couv.png

Une travail de fourmis, basé sur 23000 données issues de l'examen des collections publiques ou privées, de l'analyse de la bibliographie et de l'activité de près de 1000 naturalistes, présente les 123 espèces de longicornes (Coléoptères saproxylophages) avérées des 13 départements armoricains. Suite à une présentation du Massif armoricain, chaque espèce est illustrée d'une photographie in natura, sa biologie et son écologie sont commentées, et sa répartition sur le territoire d'étude restituée sous forme d'une cartographie. Des planches de détails et d'individus en collection permettent de compléter cet outil en offrant ainsi une aide à la détermination.

Ce travail représente donc beaucoup plus qu’un simple inventaire.
C’est une somme des connaissances armoricaines sur
la famille des Cérambycides, ainsi
qu’un outil indispensable pour les naturalistes, entomologistes
confirmés ou non, qui pourra également accompagner les curieux
de nature dans leurs premières découvertes de ces fascinants
insectes.

 

Coût à l’unité de ce numéro :
Invertébrés Armoricains étant apériodique, il n’existe pas d’abonnement.
Adhérents : 25 €
(35 € pour un envoi postal en France métropolitaine)
Non adhérents : 30 €
(40 € pour un envoi postal en France métropolitaine)
Règlement, à l’ordre du GRETIA, accompagné de votre adresse postale, à envoyer à :
GRETIA
Bâtiment 25, Campus de Beaulieu
35042 Rennes cedex

naturepassion atlas longicorne

Commentaires (1)

1. Dupdup (site web) 30/09/2012

Il y a trente cinq ans, je me suis énormément intéressé aux coléoptères et notamment aux longicornes. J'en ai même fait un sujet de mémoire lors de ma maîtrise. Mais j'avais une démarche très (trop ?) scientifique et bon nombre d'insectes que j'étudiais ont fini épinglés après avoir été tués au cyanure. Aujourd'hui, cela paraîtrait répréhensible d'un point de vue éthique mais l'époque n'était pas la même et je ne me rappelle pas avoir entendu une seule personne faire des remarques sur ce genre de pratique. "The times they-are-a-changin'" nous dirait Bob Dylan.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau