Phragmite des joncs

Acrocephalus schoenobaenus

Bien présente dans les phragmitaies qui bordent les étangs de Trévignon , cette fauvette des marais est facilement reconnaissable par son chant .


Commentaires (5)

1. Guy marvane (site web) 17/07/2011

Bonsoir Yves

De belles photos d'un oiseaux que j’entends parfois aux bords des étangs. Mais pas encore pris en photos
Amitiés
Guy

2. Dupdup (site web) 21/07/2011

Bel oiseau que je connais bien pour l'avoir souvent vu autrefois dans la vallée de l'Ognon (en Franche-Comté) notamment, mais qui me semble être aux abonnés absents depuis quelques temps.

3. Yves 21/07/2011

C'est inquiétant le nombre d'espèces qui quittent la vallée de l'Ognon !!

4. Dupdup (site web) 21/07/2011

Oh, ces espèces doivent encore être présentes mais en très faible nombre. Je crois que c'est un peu partout pareil : les espèces plutôt généralistes s'en sortent pas trop mal et celles qui sont plus spécialisées trinquent. Elles trinquent d'autant plus qu'elles occupent une niche écologique si étroite qu'elles ne peuvent s'adapter aux modifications du milieu ou aux modifications climatiques.

5. Le Coz Gérard 21/07/2011

Bonjour Yves,

(Où donc étais-tu passé?!?!)

_"" Le Phragmite des joncs se reproduisait dans toute la France dans les années 1950 et aurait régressé jusqu'à n'être bien représenté dans les années 1970 que dans la moitié nord-ouest du pays, étant rare à absent dans la moitié sud-est.
Sa nidification n'a pas été constatée en Haute-Loire depuis les années 1970. On y mentionnait alors la nidification la plus méridionale du Massif central. Il n'a pas été trouvé nicheur dans le Puy-de-dôme depuis les années 1980. Sa nidification n'est pas connue dans le Cantal. Il reste peut-être nicheur dans l'Allier.

Après une forte régression en France de 1950 à 1970, la situation du Phragmite des joncs semble y être restée stable jusqu'aux années 1990. Les causes du déclin sont la disparition des habitats favorables suite aux assèchements des zones humides , et les sécheresses en Afrique sur les zones d'hivernage au Sahel.
Inscrit sur la liste rouge des oiseaux menacés d'Auvergne, au titre d'espèce "occasionnelle", il ne peut-être que favorisé par la protection des zones humides.
°° ATLAS DES OISEAUX NICHEURS D'AUVERGNE -2011°°_ ""

Quelle chance avons-nous de le voir encore régulièrement à Trévignon, et de le photographier. Merci Yves!
Amitiés,
Gérard

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau