L'arbre

L’arbre



C’est l’Arbre. Il est opaque, immobile, et vivant.

Il baigne dans le ciel, il trempe dans le vent.

Une nuit verte inonde en plein jour ses ramures.

La moindre brise en tire un millier de murmures

Et toujours quelque oiseau qui plonge dans l’air bleu ;

Puis, quand le crépuscule épaissit peu à peu,

Tel qu’une eau sous-marine et glauque, le silence,

Lentement il le boit comme une éponge immense.

Son front semble, le soir, se perdre au plus profond

De l’ombre ; et par les nuits où les étoiles font

Luire au travers et scintiller leurs clartés blanches,

Il a l’air de porter tout le ciel dans ses branches,

Il se dresse touffu, secret, vertigineux :

Son tronc énorme est bossué d’énormes nœuds ;

De vifs surgeons verdoient à son pied centenaire ;

Chacun de ses rameaux semble un arbre ordinaire…

Quelle pensée auguste et douce habite en lui ?

Que rêves-tu, grande Ame encor jeune aujourd’hui

Qui l’occupes du fond des temples, et t’y recueilles ?

On le sent respirer, lent, de toutes ses feuilles…


Fernand Gregh

Champs 01

Commentaires (3)

1. Etincelle 17/09/2009

Robert Bresson (cinéaste français) disait que lorsque l'on filme un acteur professionnel devant un arbre, la vérité de l'arbre dénonce le mensonge de l'acteur.

2. Dupdup (site web) 19/09/2009

J'aime beaucoup la phrase de Robert Bresson dont nous parle Etincelle.

3. Brind'paille 30/09/2009

Intéressante en effet, cette phrase de Bresson.
A rapprocher de l'antique coutume de dire la justice sous un arbre : comme si l'arbre, finalement, favorisait l'éclosion de la vérité.
Ce serait intéressant de faire passer le test de l'arbre à tous les politiques, non?
Dans le poème que nous propose Yves, j'aime beaucoup certaines phrases ou images.
A commencer par la première : "C'est l'Arbre", comme une évidence à chacun d'entre nous.
Et cette façon de le montrer pesant, lent, permanent, mais vivant par ses feuilles, le vent, les étoiles.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau